L’équipement du pêcheur de truite – Partie 4 – La pêche

L’équipement du pêcheur de truite – Partie 4 – La pêche

Chaque pêcheur à son choix sur cette partie de son équipement. Tout dépend des eaux dans lesquelles vous pêchez, que vous utilisiez des cuissardes, des cuissardes à la taille ou des bottes à la hanche. Que vous utilisiez du tissu en caoutchouc, du caoutchouc ou du plastique dépend de vous et de votre budget ou du choix du matériel. Que vous utilisiez des cuissardes ou des bottes de hanche, ou encore des bas de contention, avec des chaussures de pêche, c’est à vous de choisir. Ces dernières, si elles sont bien ajustées, sont un peu plus confortables à l’usage et elles sont beaucoup moins difficiles à sécher. Le brogue ou la chaussure à pataugeoire est, bien sûr, la chaussure idéale pour le type de pied bas, mais beaucoup de ceux qui utilisent les bottes ou les pataugeoires en plastique « form-foot », plus économiques, utilisent une vieille paire de chaussures de tennis ou des chaussures bon marché. Si vous allez dans cette direction, assurez-vous que les chaussures de tennis sont du type qui couvre les chevilles. Le style oxford ou bas ne protège pas ce bouton de cheville et vous ne réalisez pas à quel point il est proéminent jusqu’à ce que vous le tapiez plusieurs fois sur des objets sous-marins.

Je vous suggère de discuter de ces vêtements avec des amis pêcheurs ou avec un marchand de poissons en qui vous pouvez avoir confiance pour vous donner les bons conseils. Obtenez le meilleur que vous pouvez vous permettre lorsque vous achetez. Plus ils sont bons, moins ils seront chers, à long terme, pour vous. ET N’ACHETEZ PAS SANS LES AVOIR ESSAYÉS AU PRÉALABLE ! C’est important. S’ils ne vous vont pas maintenant, ils ne vous iront jamais.

FILETS DE TÊTE
J’allais laisser passer celui-ci comme étant trop peu important. J’ai connu un pêcheur qui en avait un, et il le portait à l’occasion, jusqu’à ce que, exaspéré, il le jette dans une poubelle. Si je dois me protéger, je préfère l’utilisation de la dope anti-moustique.

ARTICLES DIVERS
Une partie du plaisir que procure la préparation d’une sortie de pêche consiste à sélectionner et à rejeter les éléments que nous jugeons essentiels ou inutiles. J’hésite à faire des recommandations dans ce sens dans la mesure où je suis un « bricoleur » confirmé et que je le sais. Je crois cependant sincèrement que les articles divers suivants devraient vous accompagner :

Un bon couteau de pêcheur Une aiguise-hameçon ou un aiguiseur d’hameçon Un coupe-hameçon ou de petits ciseaux Une mouche sèche Un pansement de leader Un thermomètre de rivière Une petite pince coupante pour fil métallique Une petite trousse de premiers secours De la cellulose ou du ruban adhésif Des allumettes supplémentaires Une boîte de grenaille fendue, du fil de plomb fin ou l’équivalent

Il y a d’innombrables autres petits objets dont le pêcheur à la mouche peut s’encombrer, mais il y a un autre objet très moderne dont vous pensiez qu’il avait peut-être été oublié. Si vous êtes destiné à poursuivre votre carrière dans la nature, en particulier si vous êtes seul, l’élément essentiel, peut-être pour sauver du bacon, est un téléphone portable COMPLETEMENT CHARGE. Gardez cet objet en sécurité dans un étui étanche, dans la poche de votre chemise et non dans la boîte à gants de la voiture !

Je ne transporte jamais de toilettes portables ou d’évier de cuisine avec moi, non pas par manque de place mais parce qu’il y a une limite, même dans mon cas, aux excès stupides. Je sais que c’est mal, dans une certaine mesure, de sortir surchargé comme ça. Je me console cependant en pratiquant cette défaillance, sachant que je ne suis pas seul. Il semble qu’il y en ait d’autres qui font la même chose. Chaque pêcheur doit avoir au moins quelques vices attachants, sinon il devient ennuyeux, beaucoup plus vite, pour ses copains de pêche.

Related Post